Autres animaux de Madagascar

Île-continent vaste de 587 000 kilomètres carrés, Madagascar héberge une exceptionnelle biodiversité. Isolé du monde pendant quatre-vingts millions d'années et colonisé par l'homme il y a seulement deux mille ans, cet éden sans équivalent dispose d'une faune et d'une flore à couper le souffle.
La faune malgache est caractérisée par son fort taux d'endémisme. Sur approximativement les 200, 000 espèces trouvées, à peu près 150,000 sont endémiques. La plupart des espèces d'invertébrés, de reptiles, d'oiseaux et de mammifères présents à Madagascar ne se rencontrent que sur la Grande Île. Cette faune est marquée également par l'absence de grands mammifères qui abondent pourtant de l'autre côté du Canal du Mozambique, sur le continent africain. Il n'y a quasiment pas d'espèces animales dangereuses pour l'homme à Madagascar. A part le moustique, vecteur du paludisme, seules quelques espèces de scorpions et de scolopendres et une espèce d'araignée peuvent procurer des morsures mortelles. Tous les serpents sont inoffensifs.

Les Invertébrés

Parmi les 3000 espèces de papillons répertoriées, plus de 2900 se révèlent endémiques. Les régions forestières humides de l'Est sont la terre de prédilection des papillons. C'est là que se trouve le plus grand papillon du Monde, l'Argema Mittrei qui atteint 30 centimètres d'envergure. Parmi les plus beaux, on distinguera le Chrisiridia Madagascariensis, aux couleurs brillantes, ou encore le magnifique papillon porte queue (Papilio delalandei). 

Le plus beau scarabée de la Grande Île est certainement le scarabée girafe (Trachelophorus giraffa). Rouge et blanc, il tient son nom du long cou des mâles.

 Madagascar compte aussi 400 espèces d'araignées, parmi les plus étranges du monde. La seule espèce vraiment dangeureuse est la veuve noire. Petite, habitant les forêts profondes, elle se rencontre rarement.

Les reptiles et amphibiens

Environ 98% des reptiles et amphibiens natifs de Madagascar n'existent pas ailleurs.  Les caméléons symbolisent Madagascar presque autant que les lémuriens. Les deux tiers des espèces mondiales vivent sur la Grande Île. Le plus petit des caméléons mesure 5 centimètres, le plus grand atteindrait plus de 60 centimètres.

Plus de 60 espèces de geckos peuplent l'Île rouge. Ils vivent dans les forêts mais aussi dans les maisons et bungalows.

le Crocodile du Nil, qui se concentre aujourd'hui dans le Nord-Ouest, dans le canal des Pangalanes. Ces sauriens sont craints et vénérés à la fois par les malgaches.

60 espèces de serpents, tous inoffensifs, ont été recensées. Les plus spectaculaires sont le grand " Do ", un boa, et les pythons.  Les tortues terrestres sont en danger, dont la rare tortue rayonnée (geochelone radiata), que les malgaches nomment Sokake, et le reptile le plus en péril dans le monde, la tortue à soc. Plusieurs espèces de tortues marines s'observent dans les récifs coralliens et viennent pondre leurs oeufs sur les plages désertes et les îlots.

Madagascar fait figure de paradis pour les amateurs de batraciens, avec 150 espèces de grenouilles (et aucun crapaud), dont 148 se révèlent endémiques, et les chiffres continuent à augmenter car de nouvelles espèces sont identifiées régulièrement. Seulement 11 espèces en Europe.

Les poissons

Madagascar recèle 58 espèces endémiques d’eau douce et 6 espèces endémiques d’eau saumâtre.

92% des espèces de poissons d'eau douce sont endémiques à Madagascar. Les récifs coralliens abritent une multitude poissons multicolores ainsi que des espèces remarquables comme les raies mantas. Les poissons pélagiques, tels que l'espadon, le marlin, le baracuda feront la joie des amateurs de pêche au gros. Enfin, à Nosy Be se rencontrent le plus grand poisson du monde, le requin baleine et le plus vieux poisson de la planète, le coelacanthe.

Les requins mystérieux et terrifiants sont redoutés à Madagascar où ils ont très présents, en particulier sur la côte Est de la Grande Ile.

Les cétacés

Les passionnés des cétacés sont, chaque jour, plus nombreux et depuis quelques années, les contacts avec l’homme se sont multipliés non loin des côtes et rivages de Madagascar. On peut côtoyer dauphins et baleines dans leur élément naturel

Les mammifères

Le fosa (cryptoprocta ferox), prononcé " fouche " en malgache, se révèle le plus grand des quatre carnivores de Madagascar. Il ressemble plus à un petit puma qu'à une mangouste, à laquelle il s'apparente. Il chasse principalement des lémuriens mais il lui arrive de s'attaquer aux volailles et au bétail, d'où la haine que lui vouent les paysans.

Cinq espèces de mangoustes sont endémiques à Madagascar. La moins farouche est la mangouste à queue annelée (Galadia elegans) qui s'observe facilement dans le parc de la montagne d'Ambre.

Les tenrecs sont de petits insectivores primitifs qui ressemblent aux hérissons. 20 espèces de tenrecs ont été recensées à Madagascar, dont le plus gros peut donner naissance à 32 petits!

28 espèces de chauve souris vivent dans la Grande Île. La plus grande d'entre elles, la roussette (Pteropus rufus), pullule à Berenty dans le Sud ou sur l'île de Nosy Tanikely près de Nosy Be. Les grottes de l'Ankarana abritent également de nombreuses chauve souris.

Les lémuriens

La famille des lémuriens comporte 36 espèces dont la grande majorité ne se trouvent que sur l'Ile Rouge. Les lémuriens sont exclusivement malgaches hormis deux espèces récemment introduites aux Iles Comores. Joyau de la faune malgache, le lémurien est un animal avec de grands yeux pour une meilleure vision de nuit ou pour mieux apprécier le relief et la distance qui sont des éléments vitaux lors des sauts dans les arbres.

Le chant du géant de la famille des lémuriens, l’Indri indri s’entend jusqu’à trois kilomètres à la ronde.

Très discret, de couleur grise ou rousse, le plus petit des lémuriens a la grandeur d’un pouce. Le Microcèbe est un prosimien omnivore. Ses mets préférés sont les insectes, petits vertébrés et fruits, qu’il traque ou cueille dès la tombée de la nuit.

Le plus populaire des lémuriens est le Lémur Catta. Lémurien grégaire, se regroupant dans des bandes de 30 individus dans une bande, le Maki de son nom malgache, aime les bains de soleil durant lesquels il prend des poses de star. Peu farouche

Le Aye-aye, strictement nocturne est un mystère pour la science. Comme le lapin, il est le seul lémurien à avoir des incisives à croissance continue, une face de chauve-souris, des poils de sanglier, une queue de renard et des oreilles à large pavillon aussi sensibles que les meilleurs radars. Cet aspect de l’ouïe, lui permet de détecter le bruit émis par les larves dans les troncs des arbres, qu’il gratte avec son troisième doigt de la main, long et mobile avec un ongle recourbé.

LES ANIMAUX DISPARUS

Nombre d'espèces endémiques ont déjà disparu, victimes de la chasse ou des feux de forêt. A une époque on pouvait croiser des autruches géantes, des hippopotames nains ou des lémuriens grands comme des gorilles.

L’Aepyornis maximus

Cette autruche géante, appelée Voronatrana par les malgaches était surnommée  oiseau éléphant, nom évocateur du à sa taille de près de trois mètres de haut et à son poids avoisinant les cinq cents kilos.

L’Aepyornis maximus, possédait de grandes pattes puissantes lui permettant de se déplacer rapidement, mais ses ailes étaient atrophiées, lui interdisant de voler. Ses oeufs fossiles sont uniques au monde. Certains peuvent peser jusqu’à douze kilos. Ces oeufs, qui sont actuellement très recherchés, proviennent des régions les plus au Sud de la Grande Ile.

La flore de Madagascar

Madagascar abrite près de 12.000 espèces de plantes, dont 70 à 80% sont endémiques, rendant la flore une des plus diverses au monde (en comparaison, l’Afrique tropicale a 30.000 à 35.000 espèces couvrant presque 35 fois la surface du Madagascar).

La flore de Madagascar se caractérise  par sa diversité et son originalité dûes aux variations écologiques et au compartimentage des régions. La forêt orientale est un des rares vestiges de la flore primitive de Madagascar. Ailleurs, les forêts de remplacement ont pris la place des forêts vierges et 90 % de la Grande Ile sont devenus steppes et savanes herbeuses, dominant le paysage actuel malgache.

L'Ouest de Madagascar est le royaume de la savane et des Baobabs Renala. Il existe 7 espèces différentes de baobabs à Madagascar contre une seule en Afrique et neuf sur la planète.

La forêt de l'Est est tout sauf hostile. Au contraire elle fournit au paysan nourriture, remèdes, vêtements, matériaux de construction, outils, armes, parures. Son originalité vient d'un endémisme estimé à 90 %. Sur les 19 genres de Palmiers, 12 sont endémiques et se ramifient en plus de 120 espèces.

On compte plus de mille espèces d'Orchidées à Madagascar, se distinguant par leur taille ou leurs couleurs.

L'arbre qui symbolise le plus la région orientale de Madagascar est encore le Ravinala ou arbre de voyageur. Il ressemble à un bananier en plus majestueux avec ses feuilles en éventail et possède un tronc.

Le Bush du Sud, joyau de la flore malgache, est un milieu naturel unique au monde. Il s'agit d'une végétation basse, dense, épineuse et xérophyle bien adaptée à un climat aride distillant moins de 500 mm de pluie par an.

Les Aloe pour leur part comportent 38 espèces. Citons l'Aloe Vaombe qui peut dépasser six mètres de hauteur et porter jusqu'à cent grappes de fleurs rouges embrasant tout le paysage alentour. C'est une des plus belles plantes de Madagascar.

Une végétation spécifique

La mangrove malgache est de type asiatique et pacifique. C'est un milieu étrange de forêts amphibies poussant dans l'eau et la vase des marées. Le plus connu des arbres de mangrove est le palétuvier perché sur des racines-échasses qui lui assurent l'ancrage nécessaire.

Madagascar est un véritable sanctuaire de plantes médicinales dont personne n'est en mesure d'établir le répertoire exact. La grande majorité des malgaches se soigne avec ces plantes dont le secret se transmet de père en fils chez les guérisseurs.

Les huiles essentielles traditionnelles comme l'essence de girofle, de palmarosa ou d'ylang ylang font aussi la renommée de Madagascar. L'Est et le Nord Est sont de loin les mieux pourvus puisque là se concentrent les plantations de girofle, de vanille, de cannelle, de basilic, de niaouli, de combava par exemple.

Le riz joue un rôle primordial dans l’alimentation et la culture malgaches. C’est l’aliment de base, voire l’aliment unique de tout un peuple et les quantités nécessaires sont considérables : 200 kg par habitant et par an en moyenne.

La culture du riz ou riziculture est pratiquée dans toute l’île, à l’exception de l’extrême Sud où le climat aride ne le permet pas. La vie quotidienne repose essentiellement sur cette denrée devenue un véritable pilier économique, social et religieux de toute une nation.

C’est sur les hautes terres et surtout dans la région Betsileo de Fianarantsoa que se trouvent les plus belles rizières en terrasses, à flanc de collines. Les rizicultures occupent près de 45 % des surfaces cultivées de l’ensemble du pays, apportant deux à trois récoltes par an, selon les différentes variétés de riz, fort nombreuses à Madagascar.
Les photos sont tirées de sites de données libres de droit. Je remercie tous ceux qui m'ont fourni directement ou indirectement ces images, s'il y a erreurs sur copyrights, merci de m'en faire part... Mises à jour et remarques bienvenues à mon adresse : michel.bertard@ool.fr
Retour Accueil --- Contact : michel.bertard@ool.fr --- tél : 02 62 21 88 10